Description du projet

Avec la mise en place de la réforme de Bologne, l’enseignement supérieur vit aujourd’hui des mutations curriculaires importantes. La valorisation des acquis de l’expérience, la modularisation, l’usage des TICE favorisent l’accès des universités à un public plus large et diversifié.

Pour faire face à ces mutations, les universités cherchent depuis plus de vingt ans à développer des usages des TIC (enseignement sur mesure, à distance, campus virtuel).

Des plateformes d’enseignement à distance, ont été adoptées très largement par les universités et ont permis d’offrir aux apprenants et aux enseignants des dispositifs dits : « hybrides ». Ces dispositifs articulent à des degrés divers des phases de formation en présence et à distance. Malgré leur nombre croissant, à part des enquêtes de satisfaction auprès des apprenants, aucune recherche ne répond aux questions centrales :

Pour répondre à ces questions, Hy-SUP a pour objectif de :

  1. Proposer une typologie des dispositifs hybrides capables de supporter la formation tout au long de la vie, réutilisable dans toute institution d’enseignement supérieur, afin d’instrumenter les prises de décision relatives à de tels dispositifs par tous les acteurs aux différents paliers de toute institution d’enseignement supérieur ;
  2. Fournir avec cette typologie une démarche permettant de concevoir, implanter, analyser, évaluer et améliorer de tels dispositifs ;
  3. Analyser les effets des différents types de dispositifs sur l’apprentissage des étudiants, notamment sur l’acquisition des compétences liées à l’apprentissage tout au long de la vie (Learning outcomes), sur l’accessibilité/flexibilité des formations, sur le développement professionnel des enseignants et sur les transformations induites dans les établissements (adoption et implémentation de l’innovation) ;
  4. Suggérer des pratiques efficaces en lien avec les différents types de dispositifs, en particulier sur le développement de compétences liées à l’apprentissage tout au long de la vie, sur l’accessibilité/flexibilité des formations et la collaboration inter-institutionnelle ;
  5. Diffuser les résultats par la mise en ligne des rapports de recherche, des bonnes pratiques et des stratégies d’intervention ; et organiser des activités de diffusion de manière ciblée pour chacun des groupes d’acteurs – apprenants, enseignants et formateurs, décideurs (institution), chercheurs, afin de soutenir l’appropriation de ces bonnes pratiques et pour alimenter le conseil aux décideurs ;
  6. Evaluer le projet pour une bonne régulation et une valorisation des résultats, ainsi que pour décrire et partager les pratiques évaluatives mises en oeuvre par chaque université pour moderniser leur enseignement notamment en exploitant davantage le potentiel des dispositifs hybrides.

Le projet s'adjoint l'expertise de partenaires hors-europes, Suisse et Canada, apportant leur expertise quant aux usages des méthodes et techniques de l'Enseignement à Distance dans l'Enseignement supérieur.

La finalité de ce projet est une amélioration de la qualité de l’enseignement supérieur par l'identification, l'analyse et le partage de pratiques innovantes liées aux dispositifs hybrides.